Mort à Port Libre

Avatar du membre
Resane
Administrateur du site
Messages : 71
Contact :

Mort à Port Libre

Message#1 » mer. 18 mai 2016 19:19

Port-Libre. Ville franche unique au monde. Unique par son histoire et par la manière dont elle s'est construite. Si son origine exacte est floue et n'est connue que de quelques érudits se faisant de plus en plus rares chaque année, il n'en demeure pas moins vrai que c'est une ville qui fait beaucoup parler d'elle.
De nombreuses légendes courent sur elle. Beaucoup sont fausses ou s'accommodent de la réalité. Mais certaines par contre sont d'une rigoureuse exactitude. La cité Port-libre ne s'est pas toujours appelée ainsi. Située au bord de la mer des roseaux entre le Noir et le Blanc marais, elle faisait partie jadis d'un empire appelé Valossa. Il était dirigé par des êtres reptiliens qui faisaient du commerce d'esclave dans tout leur empire. On sait que l'empire vacillait sur ses bases par des querelles intestines et par des soifs de conquêtes toujours plus grandes. Le port qui s'appelait, selon une traduction approximative le croc du serpent, était en première ligne de l'agitation générale qui sévissait dans l'empire. Si la ville était très bien protégée contre les invasions extérieures, il n'en était pas de même en son sein. À la suite d'un siège de plusieurs semaines, siège qui semblait sur le point d'être levé, une révolte d'esclaves perturba les défenses de la ville. De la confusion qui s'en suivi la révolte aboutie à chasser les être reptiliens de la ville définitivement. La ville cependant ne tomba pas aux mains des assiégeants trop heureux de pouvoir repartir pour panser leurs plaies et convaincus que l'empire ne se relèverait pas de ce coup dur. Ils avaient vu juste. Un vent de liberté s'éleva et fini de détruire de l'intérieur cet empire si puissant en apparence. Cependant, les autres voisins avides, en profitèrent pour l'envahir faisant fuir les êtres reptiliens dans les entrailles de la terre tout en réduisant en esclavage ceux qui avaient cru pouvoir se libérer. Seule Port-Libre résista à toutes les menaces qu'elles soient venues de terre ou de mer.
Aujourd'hui la ville est dirigée par un conseil de capitaine, en l'honneur des premiers capitaines qui libérèrent la ville, appelés aussi seigneurs des mers. L'un d'entre eux étaient nommés, ou parfois s'imposait de lui-même par la force ou par d'autres moyens, pour diriger la ville alors que le conseil s'occupait des affaires courantes. Le haut seigneur des mers actuels se nomme Milton Drac fils d'une longue lignée de seigneurs des mers plus ou moins éclairés.

Aujourd'hui la ville en elle même donne un abri sûr et une protection contre tous ceux qui veulent se faire oublier ou échapper à des "soucis" extérieurs. Cependant, le maintien de l'ordre au sein de cette ville fait partie de sa légende même si jamais personne ne s'en est plaint. Faut-il encore qu'ils le puissent...


Aujourd'hui

Beaucoup de monde fréquentaient Port-Libre de nos jours. C'était une ville où tout s'achetait et tout se vendait sauf des esclaves bien entendu. C'était même un crime punissable de mort. Personne ne pouvait posséder quelqu'un d'autres à quelque titre que ce soit. Si l'abolition de l'esclavage a été plutôt bien acceptée, d'autres conséquences inattendues en découlèrent comme la fin des serviteurs et de la prostitution dans les maisons closes. Des travailleurs libres se créèrent en contrepartie mais aujourd'hui les autochtones se méfient de ces services offerts car, même si la mort ne leur est pas promise, peuvent écoper d'une forte peine de prison et de l'amende qui va avec. Seuls quelques touristes de passage se risquent à une telle entreprise et beaucoup se retrouvent dans les geôles de la cité sans rien avoir compris de ce qui leur arrivaient et dépossédés de leurs biens en paiement de l'amende.

Arrivée en ville

C'est ainsi que quatre personnages, venus pour des raisons qui leur était propre, débarquèrent un beau matin sur le port de la ville? C'était jour de marché et une foule conséquente vaquait à ses achats de poissons frais mais aussi d'articles très différents comme des vêtements et des ustensiles divers et variés. Cette foule ne permettait pas une sortie aisée du port en lui même afin de pénétrer en ville mais ils n'eurent pas le loisir d'aller bien loin. À peine leurs affaires récupérer ainsi que leur monture pour certain, ils furent accueillis par les gardes de la ville qui regroupèrent tous les nouveaux arrivants. À chacun ce fut le même rituel.

Nom, raison et durée du séjour.

Les premières personnes interrogées s'exécutèrent rapidement apparemment habituées à ce genre d'exercice et ce fût le tour des des derniers qui n'avaient encore rien dit. Ils répondaient aux noms de Morwendir, Phil Ovan, Mirabelle Dessoubois et Astarok. Cependant, qu'allaient-ils bien déclarer ?

Avatar du membre
Mirabelle
Joueur
Messages : 18
Contact :

Re: Mort à Port Libre

Message#2 » jeu. 19 mai 2016 10:41

Mirabelle avait le nez en l'air, regardant partout autour d'elle. Le voyage avait été riche en enseignements, et les rencontres brèves des souvenirs maintenant laissés sur le bord de la route. Elle sursauta lorsque la voix lui demanda ce qu'elle venait faire ici. En fait elle n'en savait fichtrement rien du tout. Levant le regard clair de dessous sa capuche elle tenta un sourire, même si le garde devait en avoir ras la casquette de poser la même question à longueur de journée. Il devait en avoir entendu des vertes et des pas mûres. Il ne fallait cependant pas trop traîner, d'autres gens semblaient attendre, une sorte d'elfe par ici, un halfelin aux yeux pétillants et un homme plus sombre par là. Elle prit une grande inspiration :

Mirabelle ... Mirabelle Dessousbois, deux esse et un bois Elle arrêta un peu se demandant si sa taquinerie n'était pas déjà de trop puis continua Cherche travail honnête, bien rémunéré et durée dépendra de mes futurs employeurs, nous dirons pour commencer quelque sept jours au moins ?

Mirabelle tourna la tête. En fait pas mal de gens avaient entendu son nom et la raison de sa venue. Point de vue discrétion on repassera. Soupirant légèrement, elle s'appuya sur son bâton et attendit la décision et les précisions du soldat... garde ville
Rien ne sert courir, il faut frapper à poing

Fiche

Avatar du membre
Morwendir
Joueur
Messages : 27
Contact :

Re: Mort à Port Libre

Message#3 » ven. 20 mai 2016 14:03

Morwendir avait mal aux pieds. Après des semaines de voyage à écumer les routes et vallées du dangereux pays de Dorn, il avait dû traverser les cités de Falèze, Fleck et finalement Salant et ses marais nauséabonds avant d'atteindre son but : Port-Libre. Cette cité était renommée pour la qualité et la profusion de ses biens et services, et il n'aspirait à présent qu'à prendre un peu de repos et un bain brûlant. C'est pourquoi l'attente aux portes de la ville lui parut interminable ; lorsqu'un garde s'adressa finalement à lui ainsi qu'à un groupe arrivé en même temps, il soupira de soulagement et repoussa la capuche brune de sa pèlerine, révélant son héritage elfique.

-Morwendir, répondit-il d'un ton neutre en plongeant son regard perçant dans celui du milicien. En quête de travail ou d'un mentor. Durée indéterminée...

Avatar du membre
Astarok
Joueur
Messages : 19
Contact :

Re: Mort à Port Libre

Message#4 » sam. 21 mai 2016 11:50

Le chevalier, après de longues semaines de voyage à dos de Brise-tempête, finit par arriver à une ville portuaire nommée Port-Libre. Durant son errance, il avait entendu à la fois du bien et du moins bien sur cette ville. Les rumeurs semblaient dire que la ville était en proie à la corruption alors que d'après les brèves entrevues qu'il avait eu avec des anciens, le port représentait plutôt un symbole de liberté. C'est donc tout naturellement qu'Astarok avait décidé de commencer son périple afin d'assainir le continent du mal à cet endroit précis.

Finalement arrivé aux portes du port, il fut légèrement lassé de voir que des gardes filtraient les entrées. À cela, il en déduisit deux raisons :
-la première, était que la garde locale n'avait pas assez d'effectif pour effectuer correctement son travail, alors les autorités préféraient faire en sorte qu'aucun trouble-fait ne pénètre au sein de la ville,
-la seconde, beaucoup moins joyeuse, relevait de la dictature. On contrôlait les nouveaux pour mieux asseoir sa domination et, éventuellement, pour désigner les étrangers comme coupables de tous les crimes internes.
Dans les deux cas, le chevalier n'était pas mis en confiance et inscrivit dans un coin de sa tête qu'il fallait absolument qu'il en sache plus sur les coutumes locales le temps d'effectuer son travail si tant est qu'il en ait le besoin.

Voyant que c'était enfin à son tour, parmi un groupe formé parmi la foule, il répondit d'un ton tout à fait naturel :


Astarok de la maison Vouivrargent. Je viens me reposer et éventuellement proposer mes services. La durée du séjour est donc indéterminée.

Avatar du membre
Phil
Joueur
Messages : 28
Contact :

Re: Mort à Port Libre

Message#5 » dim. 22 mai 2016 18:48

Voilà un moment que le semi-homme avait débarqué de ce bateau marchand. Bien-sûr il n’en était pas un passager officiel, la curiosité l’avait poussé un soir à regarder des caisses en se demandant qu’est-ce qu’elles pouvaient bien contenir. La curiosité maladive de Phil était insatiable, il ne tenait plus en place dès l’instant où quelque chose titillait sa curiosité, cela e tarabustait au point de danser d’un pied sur l’autre tout en se tordant les doigts, cherchant à résister à cette tentation toujours trop forte, mais rien n’y faisait. Après tout il ne faisait rien de mal, il allait juste jeter un petit coup d’œil. Bon bien-sûr, il n’avait pas remarqué que cet ensemble de caisses était monté sur une palette le tout en train d’être enfermé dans un filet relié à un crochet d’un palan de chargement au moment d’affréter le navire. Il avait simplement cédé puis s’était glissé dedans pour regarder et il fut ainsi emporté en soute sans que vraiment personne ne le remarque, même pas lui tellement il était focalisé sur le contenu d’une de ces caisses. Et puis il y en eut d’autres et encore d’autres et encore… La soute du bateau en contenait tellement ! - Wouah c’est géant !Avait-il pensé tandis que le gréement appareillait.

Tout à son exploration, il visita chaque caisse du fret, chaque recoin de la soute une fois qu’il se rendit compte qu’il était prisonnier du bateau maintenant en mer. Il partageait ce pont avec les rats, mais qu’à cela ne tienne, il y avait les réserves de nourriture et il ponctionna largement sa part. Le maître coq du bord ne devait jamais comprendre pourquoi son stock baissait plus vite que prévu et la chasse aux rats n’y fit pas grand-chose. Ainsi passèrent les jours jusqu’à l’arrivée et l’amarrage au ponton de Port Libre. Phil était encore à explorer une nouvelle palette, s’intéressant à un ensemble de tonneaux lorsque la grille du pont supérieur s’ouvrit, que des marins enfermèrent l’ensemble dans les filets et que les palans déchargèrent l’ensemble sur le quai. A la rotation suivante, le halfelin était déjà sorti du filet et se promenait sur le quai une pomme à la main qu’il croquait à pleines dents tandis que ses yeux ne cessaient de s’agrandir en voyant la ville – Alors là c’est énorme ! – S’était-il exclamé, enthousiaste. Il y avait beaucoup de monde sur les quais, des marins, des dockers, les passagers, ça bougeait dans tous les sens pour les chargements et déchargements, étant donné sa petite taille, il eut droit à de nombreux jurons à traîner dans leurs pattes ou se faisait alpaguer comme les jeunes mousses, aussi bousculé de nombreuses fois, il décida d’aller à l’exploration de cette ville tellement grande, la plus grande qu’il n’ait jamais vue…

La curiosité prit le dessus. Il trottina d’un pas allègre vers la sortie du port, mais il y avait tellement de monde qui s’agglutinait vers ce qui devait être le passage, formant une foule compacte en entonnoir que des agents de la cité tentaient de discipliner. Mais comment arrêter un halfelin pressé ? Il se faufila entre les jambes et les grandes personnes, parfois en souleva quelques protestations parce qu’il n’avait pas fait la queue, sans prendre le temps de s’excuser, il leur adressa ce sourire d’ange avec un air désolé comme toute excuse et puis au final il s’était heurté au garde tandis qu’un petit groupe de personnes se présentaient. L’homme devant lui était plutôt grand et costaud et il n’avait pas réussi à se faufiler devant lui. Trépignant d’impatience, il attendit donc son tour, se tordant les doigts, dansant d’un pied sur l’autre, comme si une envie pressante le tarabustait au point de rendre l’attente insupportable. Puis ce fut enfin son tour. Il allait passer en même temps que l’homme devant lui mais la main ferme du garde l’arrêtaHééé ! Laissez-moi passer !Avait-il protesté, mais à priori il fallait se plier à des formalités d’usage. Arrêté dans son élan, il soupira, frustré.

Sans vraiment écouter les questions du garde ni ses protestations, large sourire et visage d'innocent aux mains pleines, il débita d’un seul trait à peine en respirant de sa voix rapide et volubile - Moi c’est Phil Ovan mais notez que chez moi certains m’appellent Hobbit Oneken Hobbit allez savoir pourquoi wouaaaaah dis-donc c’est géant cette ville doit y avoir plein de trucs à visiter vous savez j’adore visiter mais notez que c’est quelque chose de commun chez les halfelins on est juste un peu curieux mais on fait rien de mal on jette juste un coup d’œil voyez remarquez que moi c’est un peu différent j’ai la bougeotte le truc c’est que par chez moi c’est un peu considéré comme une maladie oui parce que les halfelins en général aiment bien rester tranquilles chez eux mais moi j’y arrive pas faut que je bouge sans arrêt et c’est pourquoi j’ai entamé ce voyage vous savez y’a tellement de choses à voir dans le monde c’est incroyable et c’est tellement grand je ne dis pas cela parce que les halfelins sont plus petits que les hommes et que souvent on nous confond avec des enfants de 8 ans mais juste que du coup tout nous paraît vachement plus grand comme cette ville qui est géantissime… Au fait, on est où ? Et quel jour on est ? Vous savez s’il y a une communauté de halfelins par ici ? Le truc sur votre tunique c’est le blason de la ville c’est ça ? Et cette maison là c’est quoi ? Et celle-ci avec la tour ? Et celle-là avec sa cheminée ? C’est une taverne ? Vous savez s’il y a une taverne pour halfelins ? Vous par exemple vous descendez dans quelle taverne ? Et est-ce que c’est cher ? Je veux dire la nuitée ? Et il y a des temples ? Combien y’en a ? Qui c’est qui dirige la ville ? Y’a un château aussi ? Vous savez j’adore les châteaux c’est tout plein de coins et de recoins et d’oubliettes et de passages secrets et y’a des monstres dans les oubliettes ? C’est qui le seigneur de la ville ? C’est qui le bourgmestre de la ville ? Vous avez bien un bourgmestre hein ? C’est important c’est quand même lui qui dirige la ville et vous avez sans doute aussi un prévôt ou quelque chose comme ça ? Y’a une école de magie aussi ? Je trouve ça extraordinaire la magie ou plutôt fascinant je sais pas comment ils font leurs trucs vous savez ils baragouinent des formules font des gestes bizarres jettent des machins en l’air et hop ils font un truc magique incroyable alors c’est bon je peux passer dites dites dites dites dites dites dites dites…

Avatar du membre
Resane
Administrateur du site
Messages : 71
Contact :

Re: Mort à Port Libre

Message#6 » mar. 24 mai 2016 00:03

Le garde chargé de noter les réponses était consciencieux et très appliqué dans sa tâche. Il inscrivait chaque information sur un grand livre très épais et en était largement à la moitié de ce dernier. Si les trois premiers des nouveaux débarqués ne furent qu'une réalité, l'halfelin pour sa part omis de répondre totalement aux questions posées.

Je vois qu'on a un petit malin apparemment. Chef qu'est ce qu'on fait on l'embarque ?

À ces paroles arriva un énorme gaillard de sang orque faisant plus de deux fois la taille de Phil. Il portait une lourde armure ainsi qu'une épée aussi longue que Phil. Il se planta devant lui et le toisa du regard. Il le fixait si intensément que le silence se fit tout autour de lui. Ce furent les habitués qui se turent surtout. Les autres vaquaient à leurs occupations sans avoir remarqué la scène, jusqu'à ce que l'inactivité de certains les fassent d'arrêter brusquement. Une certaine tension s'était installée dans cette partie du port. Le silence de mort qui planait ici ne présageait rien de bon à moins que ce ne soit un respect assez poussé envers le chef ou peut-être même de la crainte. L'orque donna de la voix, accentuée par un ton grave même pour un de son espèce.

Il a été demandé nom, raison et durée du séjour. Des commentaires à faire ?

Une personne qui n'était pas restée inerte s'approcha du géant et de l'halfelin et se présenta à l'orque. Il lui parla à voix basse tout en désignant l'halfelin et les trois autres qui venaient de se présenter. Le géant hocha la tête tout en ajoutant.

Inscrivez Phil Ovan, employé libre, pour une visite d'une semaine.

Le garde inscrivit immédiatement ce que son supérieur venait de dire avant de poser la question rituelle aux suivants qui se présentaient. La vie reprenait son activité normale et tout le monde se désintéressa de ce qui venait de se passer. L'homme à la capuche invita les quatre acolytes à le suivre où ils s'arrêtèrent quelques mètres plus loin. Il enleva sa capuche pour révéler un homme au visage imberbe et âgé d'une cinquantaine d'années. Il portait un symbole religieux autour du cou portant la marque du dieu Solar, adepte de la lumière et du savoir.

Permettez moi de me présenter. Frère Égil et je cherche des gens capables. Si vous me laissez vous offrir un verre, je pourrais vous décrire la nature du travail que j'aimerais vous confier et que vous semblez désirer également. Qu'en dites-vous ?

Avatar du membre
Morwendir
Joueur
Messages : 27
Contact :

Re: Mort à Port Libre

Message#7 » mar. 24 mai 2016 11:00

L'elfe afficha un visage impassible et leva un sourcil dubitatif.

-Quelle chance...je ne m'attendais pas à trouver un emploi si facilement...Mais je serais bien mal avisé de refuser une telle proposition, aussi inattendue soit-elle... je vous suis frère Egil.

Avatar du membre
Mirabelle
Joueur
Messages : 18
Contact :

Re: Mort à Port Libre

Message#8 » mer. 25 mai 2016 11:40

Ben ça rigole pas par ici pensa Mirabelle en observant la scène. Le silence soudain lui avait fait tourner la tête, et revenir sur ses pas. Il était toujours bon de connaître ce genre de détails lorsqu'on arrivait dans une ville inconnue. L'halfelin n'avait pas fait grand chose de bien méchant, à part peut-être souler le garde ou du moins le perdre dans de longues explications, explications qu’apparemment le garde n'avait pas du tout saisit. L'apparition de cet homme par ailleurs et sa proposition lui fit dresser l'oreille. Il est vrai qu'elle cherchait du boulot pareil à cet elfe qui avait déjà répondu :
Je cherche du boulot pareillement. Si la paie est convenable, j'en suis !
Rien ne sert courir, il faut frapper à poing

Fiche

Avatar du membre
Astarok
Joueur
Messages : 19
Contact :

Re: Mort à Port Libre

Message#9 » jeu. 26 mai 2016 17:27

On pouvait dire que c'était plutôt animé dans le coin. Un halefelin qui racontait sa vie en réponse à une basique question... Il était donc tout naturel que le garde réagisse ainsi. La venue du chef avait fait froncer ses sourcils à Astarok. Bien qu'il ne fut pas particulièrement raciste, ses simples souvenirs sur les histoires impliquant des orques firent monter en lui une pique de colère. Ces êtres étaient abjectes et embrassaient le chaos bien plus que l'ordre. Même s'il n'en dit rien, le chevalier avait pris, machinalement, une posture défensive.

Néanmoins, tout fut balayé lorsqu'un prêtre, au vu de son symbole et de son titre, vint se présenter après avoir fait en sorte que le groupe formé hasardeusement puisse entrer en ville. Même s'il devait certainement se montrer reconnaissant, Astarok était plutôt gêné. Avoir une dette envers un parfait inconnu amenait souvent des problèmes surtout lorsque le dit inconnu proposait un travail. Et même si la divinité de ce fameux frère Égil n'était pas connue comme étant mauvaise, rien ne disait que la mission confiée serait totalement légale.


Je vous remercie pour ce que vous venez de faire, c'est la moindre des choses. Maintenant, si votre travail ne respecte pas mes principes, vous pouvez de suite considérer que je ne ferai pas partie de vos gens. Sur ce, je vous suis.

Avatar du membre
Resane
Administrateur du site
Messages : 71
Contact :

Re: Mort à Port Libre

Message#10 » ven. 27 mai 2016 14:16

Frère Égil sourit à tous. Tout en remettant sa capuche il les invita à le suivre

Nous sommes bien d'accord. Allons donc nous rafraîchir.

Le frère les mena directement vers une taverne répondant au nom du Rat de Cale. Si le nom de l'enseigne était étrange de prime abord, la taverne en elle même était bien tenu et relativement calme. Pas de piliers de bar apparents ou d'extravagance notoire pour cette heure ci de la journée. Quelques marins se trouvaient à l'intérieur, plutôt propres sur eux révélant soit une certaine tenue ici, soit une certaine richesse peu commune aux gens de ce métier, du moins des marins qu'on pouvait le croire. Ils prirent place et commande dans une des quelques tables de libre. Frère Égil attendit qu'ils soient tous servis tout en trinquant avec eux, il prit enfin la parole pour expliquer sa démarche.

Il y a de ça deux jours, un bibliothécaire de mon temple a disparu. Pour des raisons assez compliquées, le grand prêtre a refusé de mener une enquête. L'homme qui a disparu, Lucius, est un ami qui m'est cher, et je crains que quelque chose de mal ne l'ait frappé. D'après ce que j'ai pu entendre tout à l'heure, vous recherchez un travail honnête et bien payé, je suis prêt à vous offrir 75 pièces d'argent à chacun d'entre vous. Disons 25 tout de suite et 50 une fois la mission achevée, à savoir retrouver Lucius et le rameniez au temple. Je vous donnerai tous les renseignements qui sont en ma possession et je peux même vous fournir des soins si nécessaire. Êtes-vous intéressés ?

À peine eut-il fini son discours qu'il but une bonne rasade de son breuvage.

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron